Publiée le
L'érable à Laurier revivra

L'érable de Laurier revivra

Laurier, ses amis et érable

Après avoir monté la garde devant la résidence de Wilfrid Laurier pendant plus de 150 ans, le vieil érable du Musée Laurier aura une seconde vie grâce à l’entreprise Bois de ville.

 

Rare vestige du patrimoine naturel d’Arthabaska, cet érable à sucre trônant au centre de l’hémicycle du Musée Laurier de Victoriaville montrait déjà depuis un certain temps des signes d’affaiblissement. Malgré leurs efforts concertés, le Musée Laurier et la Ville de Victoriaville ont dû prendre la difficile décision de procéder à l’abattage de l’arbre cette semaine.

Annoncée la veille dans le journal local ainsi que sur les médias sociaux du Musée Laurier, l’abattage de l’arbre a soulevé les passions et l’intérêt du public.

Manifestant la volonté de redonner un second souffle à ce fier gardien d’Arthabaska, Pierre‐Hugues Plante de l’entreprise Bois de ville s’est ainsi proposé afin de récupérer les parties saines de l’arbre suite à son abattage.

 

Abattage de l'érable à Laurier par Arboriculture Carrier

Abattage de l'érable à Laurier par Arboriculture Carrier le 14 avril 2016.

 

Bois de Ville est une entreprise spécialisée en arboriculture née, en 2012, de la volonté de revaloriser les arbres abattus en ville. Les arbres ainsi récupérés sont transformés en meubles ou objets décoratifs au design et à l’histoire unique.

Bien que l’avenir précis de l’érable du Musée Laurier n’est pas encore établi, son avenir est quant à lui désormais assuré.

Tant le directeur‐conservateur du musée Richard Pedneault que l’entreprise Bois de Ville désirent que l’«érable à Laurier» puisse revenir s’installer sous une nouvelle forme dans le secteur du Vieil‐Arthabaska afin de continuer de meubler la vie des générations futures.

Les personnes intéressées pourront suivre la transformation de l’érable du Musée Laurier sur la page Facebook de l’entreprise Bois de ville.

Thématiques associées
arbreenvironnementérablehistoireMusée LaurierpatrimoinerevalorisationWilfrid Laurier

  Fil de nouvelles