Espaces comestibles

Une question? Nous sommes à l'écoute!

Sophie Legault, experte en agriculture urbaineVous entretenez un espace comestible et quelque chose vous embête?

Notre experte en agriculture urbaine, associée au mouvement Hop la Ville, attend votre question!

Soumettre une question

Un suivi sera effectué dans les 5 jours ouvrables.

La terre

 

Jardinage écologique

Un coin garde-manger dans la cour

Transformer un espace gazon en coin potager pour y planter quelques légumes est non seulement une façon écologique d’aménager votre cour, c’est aussi un geste qui fait prendre conscience du travail et du temps nécessaires à la production d’aliments.

Le comestible peut aussi s’inviter dans vos plates-bandes, en bordure de votre maison ou sur votre balcon. Tomates, poivrons, choux, haricots, épinards et autres plantes légumières n’ont rien à envier aux fleurs traditionnelles. Sans compter qu’en plus d’être remplies de couleurs, elles sont pleines de saveurs!

 

Source: Les Incroyables Comestibles de Victoriaville, reportage par la TVCBF

 

Vous n’avez pas accès à une cour? La plupart des légumes poussent en pots et enjolivent les balcons.

Renseignez-vous quant aux incontournables à connaître (ensoleillement nécessaire, soin et entretien, qualité du sol et besoin en eau) avant de vous lancer dans l’aventure du potager.

Vous n’en récolterez que plus de satisfaction!

Plus d'informations

 

Potagers urbains à Victo

Les Incroyables Comestibles de VictoriavilleLe mouvement des Incroyables comestibles est une initiative citoyenne mondiale qui encourage la transformation d’espaces publics en jardins et en aménagements comestibles à partager. La méthode est simple: on plante, on arrose et on donne.

Les 3 plaques tournantes sont:

  • la collectivité
  • l’éducation
  • l’économie locale.

Le tout dans le but d’encourager un retour aux sources, un engagement des humains envers la planète sur une base du partage des expériences et des récoltes.

 

Entretenir une pelouse écologique

Une pelouse écologique est une surface gazonnée exempte de produits chimiques, de pesticides ou d’engrais de synthèse. Elle est gérée de manière à prévenir les problèmes afin de réduire les besoins d’intervention.

Pour une pelouse belle, naturelle et en santé:

  • Favorisez la diversité végétale: ensemencez un mélange contenant entre autres du thym, du trèfle ou du lotier (renseignez-vous à un centre jardin).
  • Aérez-la : l’eau et l’air circuleront mieux, renforceront le système racinaire et vous réduirez les besoins d’arrosage.
  • Ajoutez du compost afin de la nourrir des minéraux essentiels.
  • Gardez-la plus dense (sursemez) et plus longue, à environ 7,5 cm. Elle résistera mieux à la sécheresse, rendra difficile la ponte du hanneton (vers blancs) et la germination de mauvaises herbes.
  • Laissez votre gazon coupé sur le terrain (ce qu'on appelle l'herbicyclage)

Source: Édith Smeesters, Guide du jardinage écologique, Broquet 2013

Plus d'informations

 

Alternatives au gazon

Vous aménagez une nouvelle partie de votre terrain?

Il existe toutes sortes d’alternatives au gazon, qui exigent moins d'eau et d'entretien:

  • des couvre-sols (trèfle, lotier, thym)
  • des plantes vivaces
  • des légumes (pourquoi pas!)

 

Les pesticides

En matière de pesticides, l’option la plus écologique est évidemment de ne pas en utiliser.

Ou de ne pas en avoir besoin, parce que notre aménagement extérieur est planifié et conçu avec une diversité de plantes adaptées au milieu dans lequel elles croissent (type de sol, ensoleillement, niveau d’humidité), et sont résistantes aux maladies et aux ravageurs.

Et les pissenlits? Ils ne comportent aucun danger ni pour les pelouses, ni pour les humains, alors que les pesticides qui servent à les détruire ne sont certainement pas inoffensifs pour nous.

La prévention et la tolérance, des alliés de premier choix de l’écocitoyen jardinier!

 

Vous payez pour l'entretien de votre gazon?

N’hésitez pas à le questionner à propos des produits qu’il utilise, et de leur impact sur la santé et l'environnement.

 

L'herbicyclage

Économisez en laissant l'herbe coupée sur votre terrain

Saviez-vous que votre gazon est une réserve d’engrais gratuit?

Lorsque vous passez la tondeuse, pratiquez l’herbicyclage, c’est-à-dire laissez l’herbe coupée au sol. Il existe des modèles à lame déchiqueteuse, sinon vous pouvez installer ce type de lame vous-même.

Cette pratique réduit, voire élimine le besoin d’achat d’engrais.

Vous gagnerez aussi du temps, car vous n’aurez plus besoin de faire les multiples allers-retours entre la tondeuse et le bac brun pour vider le sac de gazon.

 

Le feuillicyclage

Économisez en laissant les feuilles mortes sur votre terrain

Le principe est simple: plutôt que de ramasser vos feuilles mortes dans des sacs en plastique, tondez-les et laissez-les sur votre terrain.

Elles engraisseront votre sol et diminueront votre impact environnemental, puisqu'elles n’auront plus à être transportées par des véhicules lourds.

Vos surplus pourront également être utilisés comme paillis dans vos plates-bandes, afin d’y conserver l’humidité, de nourrir le sol et d’empêcher les mauvaises herbes d’y pousser.

 

Plantes nuisibles

Liste des plantes nuisibles et/ou dangereuses faisant l'objet d'une attention particulière sur le territoire de Victoriaville.

 

Pour connaître les interdictions et les obligations en vigueur, veuillez consulter le règlement à jour sur les plantes nuisibles.

Liste des règlements

 

Herbe à poux

Herbe à poux

L’herbe à poux a un feuillage vert uniforme et dentelé, et mesure de 5 cm à 1,50 mètre, selon les conditions de croissance.

 

Sa tige est ferme, d’un vert grisâtre et rougit à la floraison, et les fleurs en épis sont d’un vert jaunâtre à l’extrémité de la plante.

Elle n'est pas à confondre avec l'herbe à puce.

 

On la trouve où?

On trouve l’herbe à poux en milieu urbain (bordures de rue, chantiers de construction, parcs, terrains de sports, terrains vagues), en milieux agricole et forestier, surtout sur le bord des routes et dans les champs agricoles.

 

Pourquoi l’arracher?

En plus d’aggraver les symptômes de l’asthme chez 50% des personnes qui souffrent de cette maladie, le pollen de la plante affecte 1 personne sur 6:

  • éternuements répétitifs;
  • congestion;
  • écoulement nasal;
  • maux de tête.

Selon l’Association pulmonaire du Québec, cette allergie entraînerait des coûts annuels de santé d’environ 157 millions de dollars.

 

Corvée d'arrachage annuelle

Depuis 2007, la Ville de Victoriaville, en partenariat avec l'Association pulmonaire du Québec, invite la population à participer à la Grande corvée d'arrachage de l'herbe à poux.

La Patrouille verte à vélo sillonne les quartiers et identifie l’herbe à poux sur les propriétés et sensibilise les citoyens à l’importance de l’arracher.

 

L’herbe à poux et les changements climatiques

Les changements climatiques auraient une incidence sur la grosseur des plants d’herbe à poux de même que sur la quantité de pollen qu’ils émettent.

La saison de pollinisation est passée de 40 à 68 jours entre 1994 et 2002 à Montréal, selon le ministère de la Santé et des services sociaux.

Plus d'informations

 

Herbe à puce (poison ivy)

Herbe à la puce

L’herbe à la puce est une plante vivace buissonnante, rampante ou grimpante qui forme des peuplements denses à l'orée des bois, dans les terrains vagues et en bordure des routes ou des cours d'eau.

 

Ses feuilles lustrées sont alternes et chacune compte trois folioles. Les feuilles sont rougeâtres à leur sortie au printemps puis tournent au vert foncé en été. L'automne venu, elles se colorent de jaune, de rouge ou d'orangé.

La sève de l'herbe à la puce renferme de l'urushiol, un allergène qui cause une douloureuse inflammation de la peau (dermite de contact allergique).

L'urushiol étant huileux et non volatile, il peut adhérer facilement aux outils, aux vêtements et au pelage des animaux. Il peut conserver sa toxicité pendant une très longue période.

 

Traitement

  • Laver le plus rapidement possible toutes les régions exposées - sans oublier le dessous des ongles - à l'eau froide.
  • Laver les vêtements et les objets contaminés plusieurs fois à l'eau chaude savonneuse.
  • Porter des gants en vinyle résistants lors des manipulations. Les animaux de compagnie doivent aussi être lavés à l'eau et au savon.
  • Pour calmer la démangeaison:
    • appliquer des compresses d'eau fraîche ou des compresses imbibées d'une solution de bicarbonate de soude;
    • des bains à l'avoine peuvent aussi être apaisants;
    • certains médicaments en vente libre peuvent procurer un soulagement. Consulter votre pharmacien.

Si les symptômes sont sévères ou étendus, ou encore s'ils sont accompagnés de fièvre, consulter un médecin.

 

Éradication

  1. Arracher la plante, enlever tous les rhizomes visibles et travailler le sol fréquemment pour entraver sa capacité de reproduction. Il est important de bien se protéger lors de ces opérations et de nettoyer adéquatement les vêtements et les outils utilisés.
  2. Étouffer l'herbe à la puce en la recouvrant d'un vieux tapis, d'un épais plastique de couleur noire ou d'un autre matériel durable pendant au moins 1 an. Prendre soin de couvrir le sol jusqu'à 2 mètres autour du plant.
  3. En dernier recours, utiliser un pesticide à faible impact.
  4. Se défaire des débris végétaux en les plaçant dans un sac à ordure bien identifié ou en les enfouissant profondément dans le sol. Ne jamais les composter ou les brûler. L'inhalation de fumée dégagée par la combustion de la plante peut causer une réaction pulmonaire sévère.

 

Identification

Des plants d’herbe à la puce ont été identifiés au Parc des Abénaquis, où la superficie a été sécurisée, afin que la population puisse en voir sans danger pour ensuite les reconnaître ailleurs.

Vous pouvez les regarder sans problème en respectant le périmètre de sécurité mais évitez tout contact avec les plans.

Plus d'informations

 

Berce du Caucase

Plante herbacée vivace atteignant de 2 à 5 mètres de hauteur et dont la sève contient des toxines activées par les rayons ultraviolets.

 

Le contact avec la sève, combiné à l'exposition à la lumière, peut causer des lésions cutanées semblables à des brûlures. 

Plus d'informations

 

Panais sauvage

Le panais sauvage (Pastinaca sativase retrouve à l'état sauvage dans les champs, les fossés et le long des routes.

 

Le contact avec la sève du panais sauvage peut causer de graves irritations de la peau (dermatite), semblables à celles qu’entraîne la berce du Caucase, puisque certains composés chimiques sont communs aux deux plantes.

Plus d'informations

 

Insectes ravageurs

Ver blanc

Ver blanc
Le ver blanc est un insecte qui se nourrit des racines de gazon et qui cause de sérieux dommages à la pelouse (flétrissement, dessèchement, décoloration).

 

Il n’est toutefois pas nécessaire de se tourner vers les options chimiques pour solutionner le problème. L’intervention numéro 1 est la prévention.

  • Gardez votre pelouse longue et dense; les hannetons auront de la difficulté à y pondre leurs oeufs;
  • Éteignez les lumières extérieures le soir;
  • Pulvériser votre pelouse avec une macération d’ail:
    • Passez 10 grammes d’ail au mélangeur avec 1 litre d’eau bouillante.
    • Laissez macérer une nuit, filtrez et pulvérisez.
    • Arrosez au moment de la ponte (en juillet) afin de repousser les hannetons et réduire les risques d’infestation.
  • Sursemez aux endroits où il y a un manque de pelouse;
  • Attirez les oiseaux prédateurs (étourneaux, merles) qui sont friands de ces larves.

Plus d'informations

 

Scarabée japonais

Scarabée japonais
Sous sa forme adulte, le scarabée japonais est de forme ovale et mesure environ 10 millimètres (1cm) de long et 6 millimètres (0,6 cm) de large.

 

Sa tête, son abdomen ainsi que son thorax sont d’une couleur vert métallique.

Ses élytres, aussi appelées couvertures alaires (sorte de carapace recouvrant les ailes) sont de couleurs brun cuivre et les côtés de son abdomen sont entourés de touffes de poils blancs.

Plus d'informations

Thématiques associées
environnementterrejardinageinsectesJardin des rendez-vousplantesnuisiblesarrosagelégumesplates-bandespotager ubainincroyables comestiblespelousegazonpesticidesherbicyclagefeuillicyclageherbe à pouxherbe à puceberce du Caucasepanais sauvagever blancscarabée japonais