Atelier et salle d'exposition A. Laberge

Logo Atelier et salle d'exposition A. Laberge Espace d'expression de l'artiste-peintre Andrée-Anne Laberge.

 

Depuis maintenant plus de 13 ans, j’explore les différentes possibilités de l’encaustique. Les mouvements de la nature m’inspirent, et ma démarche s’articule aujourd’hui autour du paysage en transformation: le paysage remodelé, transformé par le passage de l’homme et par la nature elle-même.

Je partage actuellement mon temps de création entre les oeuvres picturales et sculpturales, qui semblent se polariser selon certaines thématiques.

D’une part, il y a mes paysages urbains, où les villes semblent se liquéfier, inhabitées et issues d’un univers quasi post-apocalyptique.

D’autre part, des paysages quasi paradisiaques nous amènent dans un univers presque trop beau.

Ces paysages à la limite du réel nous rappellent que rien n’est permanent.

 

 

Historique

L’artiste Andrée-Anne Laberge grandit à Victoriaville. En 2004, elle gradue avec distinction de l’Université Concordia en arts visuels. Au cours de sa formation, elle est particulièrement marquée par un cours sur les techniques anciennes. Elle y découvre l’encaustique qui reste jusqu’à ce jour son médium de prédilection.

Artiste impliquée, elle participe à de nombreux évènements, expositions, symposiums, événements de création en direct et expose dans plusieurs galeries à travers la province.

Elle obtient une bourse du calq en 2015 pour la réalisation de son projet "Du souvenir au paysage". Grâce à ce même projet elle décroche le "coup de coeur du jury" au Galart 2016. Andrée-Anne Laberge est également titulaire d’un baccalauréat en enseignement des arts. Elle consacre du temps à partager sa passion aux jeunes en créant des projets comme artiste invitée et en donnant des conférences pour diverses institutions d’enseignement et événements artistiques.

L’encaustique est le médium qu’elle choisit pour partager sa vision du monde. Préparée à l’aide de cire d’abeille, de résine de dammar et de pigments purs, cette technique millénaire est difficile à contrôler, mais lui permet de travailler en transparence, avec la texture et même de sculpter la matière.

Thématiques associées
Quartier Notre-Damecentre-ville