Publiée le

Jean Béliveau, un grand victoriavillois, s'éteint à l'âge de 83 ans

C'est avec beaucoup de tristesse que le Conseil municipal de la Ville de Victoriaville a appris le décès de l’ancien hockeyeur, M. Jean Béliveau. Nous honorons la mémoire de ce grand homme de chez-nous.
Jean Béliveau, un grand victoriavillois, s'éteint à l'âge de 83 ans

Mise à jour 23h55: Ajout d'une vidéo hommage produite en 2011 par la CCIBFE

Reconnu comme le plus grand ambassadeur du Canadiens de Montréal, il a grandi et fait ses débuts au hockey ici même à Victoriaville. Il est malheureusement décédé le 2 décembre 2014 à l’âge de 83 ans.

"Nos pensées accompagnent les proches de M. Béliveau. Victoriaville est en deuil aujourd’hui après la perte de ce grand homme qui aura inspiré des milliers de Québécois" a indiqué le maire Alain Rayes.

Jean Béliveau a grandi à Victoriaville et a fait ses débuts dans le hockey organisé sur les patinoires de Victoriaville avant d’entamer sa carrière professionnelle.

En guise de solidarité avec la famille et les proches, la Ville de Victoriaville placera en berne ses drapeaux sur ses différents bâtiments municipaux jusqu’au jour des funérailles de M. Béliveau.

 

Parcours de Jean Béliveau à Victoriaville

Jean Béliveau est né à Trois-Rivières le 31 août 1931, fils d’Arthur Béliveau et de Laurette Dubé. Il est l'aîné d'une fratrie de huit enfants. Ses ancêtres sont arrivés dans la région de Québec au milieu du XIXe siècle. Quand Jean a six ans, la famille quitte Trois-Rivières pour rejoindre Victoriaville. C’est que son père travaille à électrifier les campagnes et c’est ce qui l’amène à Victoriaville. Il fait ses classes à l’école St-David, à l’Académie St-Louis-de-Gonzague et au Collège de Victoriaville.

Comme de nombreuses familles dans la région, les Béliveau possèdent leur propre petite patinoire dans le jardin où les enfants de la famille et du voisinage jouent une sorte de hockey sur glace. Jean ne joue sur une vraie patinoire qu'après son douzième anniversaire; sa première équipe de hockey est celle de l'Académie Saint-Louis. À l'âge de 15 ans, il joue avec les Panthères de Victoriaville, dans l'Association de hockey intermédiaire du Québec (AIHQ), l'équipe du Collège4. En 30 rencontres, il compte 68 points dont 47 buts.

En plus du hockey sur glace, Béliveau joue au baseball pour différentes formations de Victoriaville. À l'âge de 16 ans, il participe à quelques rencontres pour l'équipe de ligue senior de Val-d'Or et sa famille refuse même une offre de contrat professionnel avec une équipe de ligue mineure.

En 1947-1948, il rejoint les Tigres de Victoriaville dans la Ligue de hockey junior du Québec (LHJQ), où il compte 67 points en 42 rencontres. Avec 48 buts lors de la saison 1948-1949, il est le meilleur buteur du circuit et il récolte le titre de recrue professionnelle la plus prometteuse. L'équipe des Tigres est démantelée suite à cette saison et il rejoint les Citadelles de Québec.

En 1962, la Ville désigne son aréna « Centre sportif Jean Béliveau ». À la suite de sa démolition, la nouvelle patinoire intérieure bâtie est désignée Pavillon Jean-Béliveau, situé au 474, boulevard Jutras Est.

 

Murale du 150e anniversaire avec Jean Béliveau

Une grande murale, inaugurée lors de notre 150e en 2011, met en scène Jean Béliveau et quelques autres grands personnages de chez-nous.

 

Photos d'archives

Plusieurs photos d'archives de Jean Béliveau ont été publiées ce matin sur la galerie publique de la Ville de Victoriaville, et sont disponibles pour utilisation libre par les médias et les citoyens.

Accéder à la galerie publique 

Photos d'archive Jean Béliveau

 

Vidéo hommage à Jean Béliveau

C'est en 2011 que la communauté des affaires Bois-Francs-Érable a eu l'occasion de lui témoigner toute son admiration et sa reconnaissance en le désignant Fierté Régionale lors du Panthéon de la Performance. Merci M. Béliveau, vous incarnerez à jamais un modèle pour notre région !

Thématiques associées
avis de décèsCanadiens de MontréaldécèshistoirehockeyJean BéliveaumortPavillon Jean BéliveauPavillon Jean-Béliveau

  Fil de nouvelles