EXPOSITIONS

Karine Giboulo: À travers mes yeux comme à travers une fenêtre

Ancrée dans l’actualité, l’exposition À travers mes yeux comme à travers une fenêtre raconte des moments personnels, familiaux et collectifs qui témoignent de la fragilité du lien social et traduisent les joies mais aussi les drames intimes vécus en silence depuis plusieurs mois déjà.

Le travail de Karine Giboulo naît d’un sens de l’observation aigu et d’un désir de comprendre la complexité du monde. Les installations sculpturales de l’artiste, sous la forme d’impressionnants dioramas miniatures, construisent, pièce par pièce, la représentation d’un aspect de l’expérience humaine. L’artiste se rend disponible à l’autre : femmes inuites exilées sur le béton montréalais, villageois et travailleurs côtoyés lors de séjours en Inde, en Chine, au Kenya et en Haïti. Ces rencontres nourrissent ses œuvres et lui permettent d’atteindre une vérité et une liberté que le réalisme documentaire ne peut restituer.

Les œuvres de Karine Giboulo sont peuplées de personnages miniatures occupés à leurs gestes quotidiens au milieu d’univers foisonnants de détails et de couleurs. Le théâtre de leur vie se révèle tout à coup plus vaste, plus complexe et souvent plus absurde que ce qu’il semblait au premier coup d’oeil. C’est là que se joue la puissance du travail de cette artiste qui sait, avec intelligence, tendresse et ironie, soulever des questionnements sociaux et éthiques essentiels à travers un art attrayant et à première vue enfantin.    

Il était prévu que le Centre d’art Jacques-et-Michel-Auger accueillerait au printemps 2021 la première version d’un projet que Karine Giboulo a amorcé il y a quelque temps déjà. La Covid-19 est venue chambouler les choses:

« Alors qu’on nous dit chaque jour de reprendre un nouveau normal, on nous dit de travailler, de continuer comme avant, je n’y arrive pas. Je n’arrive pas à continuer les projets déjà entamés dans la vie dite normale pré-pandémie. Je n’arrive pas à trouver le sens de cette fausse normalité, je me sens en discordance avec ce que je vis. Mon travail a toujours été celui de rencontres et maintenant il y a cette distance empêchant les rapprochements ».

D'abord paralysée par l'isolement et la solitude, l'artiste a décidé de créer l’exposition À travers mes yeux comme à travers une fenêtre en réponse à ce qu'elle vivait et que nous vivons tous, individuellement et collectivement. L'image récurrente de gens séparés par une fenêtre ou un plexiglass a amené l’artiste à concevoir une exposition qui puisse être vue de l'extérieur, tirant parti de l'abondante fenestration du Carré 150 à Victoriaville où se trouve le Centre d’art Jacques-et-Michel-Auger. Ainsi, que le centre soit ouvert au public ou non, l'oeuvre sera accessible le jour et en soirée.

Karine Giboulo est une artiste autodidacte qui réside à Montréal. Elle a présenté plus de vingt-cinq expositions individuelles, entre autres, à la Galerie Art Mur et au Centre Circa de Montréal, au Centre Expression de St-Hyacinthe, à la McMichael Canadian Collection de Kleinburg en Ontario et au Buffalo Art Studio dans l’État de New-York. Son travail a fait partie d’expositions collectives importantes telles que Labor and Materials aux États-Unis de 2016 à 2018, Art Souterrain à Montréal en 2018 et Canada Now, The tip of the Iceberg à Londres en 2017. On trouve ses œuvres dans plusieurs collections publiques et privées dont le Musée National des Beaux-Arts de Québec,  le Musée des Beaux-Arts de Montréal et la Banque Royale du Canada.

Horaire d'ouverture :

mercredi au vendredi - 12 h à 17 h

samedi - 13 h à 17 h

site internet de l'artiste

 

 

 

 

Plus d'infos

Pour informations

Le Carré 150

819-752-9912
Contacter par courriel
Site officiel de l'activité
Toutes nos activités

Découvrir plus d'activités!
Le Carré 150 Diffusion Momentum exposition centre-ville Quartier Notre-Dame culture arts TVR: Événement TVR: Culture et divertissement Karine Giboulo sculpture Centre d'art Jacques-et-Michel-Auger